26.10.10

Massif


14 – Nous/Vous – Végétal – Réminiscence



Nous étions serrées les unes contre les autres.
Quand le vent agitait nos pétales, nos sucs se mêlaient dans la légèreté de l’air. Nous étions toutes unies en ces temps-là, rassemblées sur ce petit coin de terre à l’ombre d’un géant philosophe qui chaque automne nous balançait ses glands sur nos corolles, mécontent de notre piètre attention à ses discours de sagesse.
Un jour, vous nous avez balancé un étrange liquide brun qui nous a rendu faibles jusqu’à ne plus pouvoir revenir comme à chaque printemps.
Maintenant, à notre place s’étend un grand ruban noir. Seul le chêne est resté là, personne ne lui prête plus la moindre attention sauf de temps en temps un couple d’amoureux égarés. Nous pensons qu’il nous regrette même s’il nous traitait avec condescendance de frivoles éphémères. De notre côté, nous avons migré vers les marais où la vie continue paisible, loin des hommes et près des moustiques qui sont devenus nos alliés pour quelques générations jusqu’à ce que nous mutions une nouvelle fois et migrons vers des lieux hospitaliers. Nous sommes comme ça, nous !
cat
Enregistrer un commentaire