26.10.10

Philtre


14 – Je – Végétal – Réminiscence



Je me souviens de la première fois où tu as approché tes lèvres, c’était sur un ferry en revenant d’Angleterre, tu avais 16 ans.
Je me souviens quand tu te cachais pour mieux me téter au détour d’un coin perdu, derrière un arbre, cachée du monde.
Je me souviens de ton amour passionné, vainqueur, presque arrogant. Je te suis gré de m’avoir toujours défendu, j’étais fier de t’appartenir.
Je me souviens de la première fois où tu m’as maudit, détesté, rejeté pour mieux me reprendre encore et encore.
Aujourd’hui, tu m’ignores, tu fais la belle sans moi. Parfois je t’envoie des signaux pour que tu te souviennes mais tu résistes sans effort apparent, je ne te reconnais plus. Tu m’affirmes qu’il est possible de m’aimer sans me toucher, m’inhaler, me consumer.
Alors une fois de plus je te crois et te fais confiance puisque tu m’aimes encore. Je reste près de toi, acceptant déjà notre amour sans consommation.
Signé : l’esprit du tabac 

(cat)
Enregistrer un commentaire