11.12.10

ça plane pour moi

3 – Il – Objet – Fragment

(hé oui, c’est un nouveau point de vue qui aurait pu friser l’érotisme mais le spectacle extérieur m’a fait lâché la rampe)

Il descend, vire sur l’aile, laissant apparaître la côte Malaise. Ses réacteurs toulousains, allemands ou espagnols (help amis airbusiens) ronronnent de plaisir. Il fendille l’air en tréssautant légèrement, savourant encore pour quelques minutes l’ivresse d’un vol entre ciel azuréen, nuages cotonneux, océan bleu et terre brune. Bientôt la piste, adieu monde à part…

Enregistrer un commentaire