27.1.11

A tire d'aile


14 – Donner un nom – Animal – Réminiscence




Ils m’ont nommé Albatros
Ils ont écrit des poèmes
Ils ont mesuré mes ailes
Ils se sont moqués de mon envol
Ils ont admiré ma vie en l’air
Ils ont percé le secret de ma glande nasale
Ils ont compris ma capacité à dormir en vol
Ils ont volé mes œufs
Ils se sont même pris pour moi
Mais jamais ils n’ont su prendre une vague de biais
Jamais ils n'ont connu l’ivresse d’une vie toujours en mouvement
Jamais ils n’ont pu imiter le profil de mes ailes
Jamais ils n’ont volé seul et libre
Jamais ils ne seront Albatros…

Catherine



14 – Donner un nom – Animal – Réminiscence

- Tu sais, ça arrive parfois quand on s’approche du pays aux jours infinis, qu’on se pose sur ces blocs froids, blancs avec des reflets « dos de sardine ». Ben perso, j’aime plus la sensation que ça procure. Bien sûr, avant, comme tous les jeunes, j’adorais cette immobilité qui fait tourner la tête, mais avec l’âge, on a le bréchet fragile, surtout après la pêche. Je tiens plus l’arrêt comme à l’époque. Le poiscaille me remonte dans la glotte et je sais plus où j’habite. Tu te souviens de Bator ? Ben à vouloir faire le petit jeune, c’est en petit déjeuner qu’il a fini. Non, faut pas jouer avec ces conneries d’immobilité quand on a plus tous ses réflexes.
- T’es gentil Alby mais t’es quand même pas le dernier à retourner sur l’Îlot aux Louloutes !
- Ouais mais là, c’est pas pareil et puis si t’observes bien ma technique, tu remarqueras que je mets jamais la palme à terre. Je prépare mon approche et je me pose direct sur le dos de ma Poulette qui tangue de bonheur. Je lui fais le coup du bigorneau folâtre et bonsoir Alba. Les bonnes années, je fais ça trois-quatre fois et cap au large. Le mouvement, j’te dis ! C’est ça la vie. Quand le monde bouge pas sous moi, y’a quelque chose qui va pas. J’ai pas raison ?

Alfred



Enregistrer un commentaire