19.2.11

Puerto Varas

17/02/2011
Chez  et avec Claudia, Pancho






Tu - Libre - Suspenso - Humano


PUNTOS SUSPENSIVOS





Tú que eres un ser humano

Tú que eres suspenso,

Suspenso de un beso en medio de la brisa o la noche…

Suspenso de llamadas.

Tú y tus puntos suspensivos

Suspenso de tu vida …y la mía.

Disfrutas del suspenso de la vida

La vida es suspenso.

Tú y tus juegos de suspensos….

Claudia


Libre - Suspense - Tu - Humain
MON VIEUX

Tu frises Alzheimer, tu n’as plus de mémoire. Je dois pourtant essayer coûte que coûte, j’ai besoin de tes informations, c’est important pour moi.
Bon, je me calme, j’essaie de te parler sans violence, doucement.
J’ai suivi tes instructions, vérifié chaque étape, j’attends en me rongeant les ongles que tu fasses preuve de bonne volonté.
Ça y est ! je t’entends. Tu es au travail, tu écris et commences à…
Merde !, C’est raté ! Tu es reparti dans tes limbes en me crachant un truc inutilisable. Je dois tout recommencer.
Si tu parvenais à évacuer un peu tout ce que tu as dans le ventre, tu t’en porterais beaucoup mieux, c’est évident.
Rester délicat, comme pour un accouchement. je dois me souvenir que ça prend du temps.
Tu repars dans des borborygmes, des crissements, comme si ta mémoire était rouillée.
Comme un processus incompressible.
Encore quelques minutes me dis-tu. OK, j’attends que tu aies fini de vérifier.
une petite musique douce accompagne ton travail.
j’observe, je respire. Ça va marcher. Je crois que ça progresse.
C’est ça, vas-y, tu vas voir comme tu vas être soulagé après ça. Une véritable cure de jeunesse. Un potentiel intact.
Un dernier petit effort, tu y es presque…
C’est comme un compte à rebours.
Quelques tremblements témoignent de ton application.
La musique c’est faite guillerette.
Hourrah ! Ça y est !
Merci mon vieux, tu m’as gravé un DVD, je vais pouvoir effacer des images et libérer de la mémoire.
Merci mon vieil iBook !

Alfred





Enigma

Llegó. Por fin después de tanto tiempo. Ya casi ni se acordaba como era. A veces parecía una foca. A veces una ninfa. Había estado pensándolo mucho. Por un momento pareció sentirse cómoda, el suave murmullo de una música lejana invadía el ambiente. De pronto todo cambió, se hizo un silencio mudo y la resignación la descolocó temporalmente. ¿ Porqué había venido? ¿ Acaso era tan relevante el asunto como para volver después de tantos años? Lo más probable es que no lo recordaría. Conociéndole. Pero había sido promesa. Siempre cumplía sus promesas. Quizás si hubiese tenido la posibilidad de hablarle o haberse comunicado de alguna forma, pero no….La última parte de su historia había sido tan triste que cada vez que se acordaba alguna lágrima salía. Las otras llenaban la frágil fuente de su alma sola. Por eso todo era tan difuso, tan nebulosamente claro y sin embargo… Sin que lo percibiera una mano tocó su pelo. Era la señal. Su corazón palpitó repentinamente con más fuerza…

Atte. Francisco Moena

Libre –Tu – Humano – Suspense

Faites vos jeux




Ce jour-là, tu as sorti ton jeu. Tu t’es mis à poil, tu as levé le voile, dévoilé tes finasseries. Il était temps de dégainer tes cartes, de lâcher tes petites combines. Tu piaffais d’impatience, sortir de l’ombre devenait urgent. Maintenant, tu étais prêt à éclater à la lumière, à changer de ton, à te la jouer allègre et confiant.
Tu en as de bonne, toi !
Toi, je te le demande, de qui parles-tu ?
Tu invectives, tu tranches, tu juges mais qui es-tu pauvre homme. Joueur et timide, tu n’es que frondeur planqué derrière un mur.
T’as pas fini de dire du mal de toi !
Hé toi, me diras-tu de qui tu parles ?
De cet enfant qui, le cul en l’air, s’invente des histoires en sortant une à une les cartes du tarot de sa mère ? Il aime le Monde
Non, je ne parle pas de lui, je parle de toi.
Toi le magicien, le malicieux qui aime jouer et qui a si peur de gagner, de briller sous la lumière des projecteurs. De toi, homme de la lune et de la terre, de toi, homme au soleil.
Parce que vois-tu dans cette histoire, c’est elle la coupable, pas toi.
C’est elle qui a coupé
Rach, section du cordon
Rach, je m’arrache,
Arrache-toi
Rage
Dégage
Engage
L’amour
Et puis…

Catherine



Enregistrer un commentaire