25.2.13

La gueule en coin

Libre - Libre - Libre - Libre
(j'ai triché)



La Gouvernement Guest House de Varkala est un pur délice de calme
et volupté.

Les bâtiments, posés sur leur écrin de verdure, sont la promesse de nuits douces, épargnées par le bruit des klaxons, de la circulation et de la foule.
Le ronron du ventilateur au plafond nous berce et nous rafraîchit.
Jusqu’à 4H30…

Dès avant l’aube, un maudit haut-parleur commence à cracher ses décibels sacrés. Depuis le temple voisin (pléonasme, vu leur nombre), il diffuse des « Aré Krishna » passionnés, chantés par une voix d’homme et repris avec ferveur par la foule des fidèles.

« Aré Krishna » toute la journée, « Aré Krishna » sur tous les tons – et pas toujours très justes – avec un son qui rappelle les amplis Bouyer de mon enfance. Ceux que l’on trouvait dans les églises et les fêtes votives.
Un peu comme les mégaphones des manifs. « Aré, Aré Krishna »
4H30. Ma nuit est terminée. Je suis d’une humeur massacrante.

- C’est le premier des 41 jours d’un pèlerinage qui commence, nous explique Sajhu, le manager.
- Gullp ! répondons-nous, pensant déjà aux Saintes Boules Quies.


Le lendemain, à 4H30, ce sont des détonations qui nous réveillent. Rapprochées, puis plus sporadiques. Mais pas de chant, les « Aré » ont arrêté.
L’ambiance évoque un matin d’ouverture.

Peut-être que la chasse aux canards de brahmane a débuté ?


Enregistrer un commentaire