30.3.13

3 Voix




Je suis, depuis toujours je suis, sans discernement, sans savoir où cela me conduit
J’ai besoin d’avoir besoin, c’est là tout mon moteur
Je me souviens du chemin parcouru, depuis le grand départ, depuis le hall de gare

Suivre c’est confortable, c’est une voie d’avenir ; tant qu’il y a “à suivre” il n’y a pas de fin
Je me consume à consommer, c’est mon essence et c’est super
Dans un grand pet de vapeur, la machine a vibré, tremblé, craché, fumé et puis s’est éloignée du quai, tirant en ahanant les voitures de passagers

Pékin ? Et pourquoi pas…
Pékin ? Déjà mes appétits s’aiguisent
Pékin ? Par un chemin de traverses

Enregistrer un commentaire